Loading the player...
Envoyer à un ami : Envoyer à un ami
Exporter : Exporter

Baisse du taux de profit et croissance chinoise

Mme Mylène Gaulard

Enseignant-chercheur en économie internationale à l'ISTOM (école d'ingénieurs en agro-développement international de Cergy-Pontoise)

Présidence : Dominique Lévy, Directeur de recherches au CNRS, PSE, Paris

Durée :

Congrès Marx International VI : Crises, révoltes, utopies

Du au

Université Parix 10 , Nanterre

Actuel Marx

A l’initiative de la revue Actuel Marx. La double crise, économique et écologique, qui secoue aujourd’hui le monde, est-elle seulement un nouveau maillon dans la longue chaîne des craquements qui jalonnent l’histoire du capitalisme moderne ? Ouvre-t-elle une nouvelle ère ? Les révoltes sont-elles au rendez-vous que le marxisme avait fixé à la révolution ? Comment l’utopie, prise en positif, dans sa créativité subversive, sociale, politique et culturelle, peut-elle devenir réalité ?

http://actuelmarx.u-paris10.fr/

Thème(s) : Sciences juridiques Sciences économiques Sciences Humaines et Sociales

Économie et gestion, Lettres, Arts, Langues et Civilisations, Sciences humaines, sociales, de l’éducation et de l’information, Sciences juridiques et politiques

Producteur : Université de Strasbourg

Réalisateur : Colloques et Conférences

Plénière de la Section Économie

Baisse du taux de profit et croissance chinoise

Mme Mylène Gaulard

Enseignant-chercheur en économie internationale à l'ISTOM (école d'ingénieurs en agro-développement international de Cergy-Pontoise)

Quelques traits historiques déterminants de la crise économique mondiale

M. François Chesnais

Professeur émérite à l'Université Paris XIII-Villetaneuse

Vers une régulation chaotique

M. Michel Husson

Chercheur à l'Institut de Recherches Economiques et Sociales (IRES)

Trancher. Le nœud gordien des contradictions du capitalisme néolibéral

M. Frédéric Lordon

Directeur de recherches au CNRS, CESSP-CSE, Université Paris 1

Plénière Sciences Politiques: Etat-monde

Le concept d’Etat-monde

Dans Théorie générale (PUF, 1999), j’ai introduit le concept d’ « Etat-monde », qui ne signifie pas « Etat mondial » (World State), mais s’interprète généalogiquement à partir d’ « Etat-nation ». Il ne désigne ni un projet, ni une utopie, ni une idée régulatrice, mais un état de fait en gestation, un terme de la « modernité » : une étaticité de classe, rampante, à l’échelle ultime, imbriquée dans un Système-monde. Cette hypothèse est appelée à s’expliquer et à se développer face aux controverses qu’elle ne peut manquer de susciter.

Intervention

M. Etienne Balibar

Philosophe, Professeur à l’Université de Paris-Ouest et à l’Université de Californie

Le « renversement » du nomos de la terre qui succède maintenant à la décolonisation (avec le déplacement des « centres » ou régions motrices de l’accumulation du capital, et de son modèle dominant, vers les anciennes « semi-périphéries » : avant tout la Chine, secondairement l’Inde et le Brésil) conduit non pas sans doute à une transformation de l’Europe en une nouvelle zone sous-développée, mais en un champ clos entre forces antagonistes dans la concurrence mondiale, donc virtuellement à un éclatement de la construction politique européenne, pour en rien dire de son « modèle social », sauf très improbable initiative politique « communautaire » impulsée d’en bas…. Rien de plus éloigné, bien sûr, des perspectives d’un « Etat mondial », plus utopique que jamais. Tout ceci naturellement est lié à l’idée que le marxisme et le post-marxisme s’obnubilent sur des schèmes d’évolution temporelle, au lieu de prendre en compte l’espace, la géographie, la géopolitique et la géo-économie…

Etat-nation, Etat-monde. Conceptualisation et historisation

M. Enzo Traverso

Professeur de science politique, Université de Picardie Jules Verne, Amiens

Plenum : Révoltes

Intervention

M. Liora Israël

Sociologue du droit, Maître de Conférences à l’EHESS

Intervention

M. Seraphim Seferiades

Politologue, professeur associé à l’Université de Sciences Politiques et Sociales –Panteion

Mme Loukia Kotronaki

Sociologue, chercheure à l’Université de Sciences Politiques et Sociales –Panteion