Loading the player...
Envoyer à un ami : Envoyer à un ami
Exporter : Exporter

Le code source libre ou open source, une mentalité possible dans le spectre de la création

M. Julien Mathis

Apprenti jardinier, cuisinier, ethnologue, vidéaste et documentariste. Il continue sa recherche entre corps parlant filmé et filmeur. Il animera le débat et visitera, avec ses invités et les participants, les quelques champs du possible de cette alternative résistante, une issue humaine d'un avenir sans pétrole, où la propriété des choses et des idées trouvera naturellement ses limites.

Mlle Emmanuelle Lion

Fraîchement diplômée et lauréate d’un prix d’excellence de l’Université de Strasbourg, est juriste en droit des nouvelles technologies, des affaires et de la propriété intellectuelle. Passionnée par les NTIC, la musique électronique et les arts numériques, elle interviendra sur la dimension juridique de la création libre.

M. Mathieu Stumpf

Président de l'Association Culture Libre, née de la volonté de redonner au savoir et à la culture une reconnaissance pour leurs vertus sociales, face à une marchandisation de la culture et du savoir qui les transforme en produits de consommation, et leur fait perdre et oublier leurs rôles premiers de patrimoine social et de moyen d'expression des individus. L'association diffuse et archive des oeuvres sous licences libres. www.culture-libre.org

Création en commun et en cascade, alternative à la démarche propriétaire et souvent spéculative du copyright, fin des intermédiaires entre le développeur et l''utilisateur, entre celui qui donne et celui qui prend, reconnaissance de la paternité de l''oeuvre originale et originelle, refonte et atomisation de la notion plutôt récente de l''auteur suprême et exclusif… la création libre, dans son économie et son écologie, loin d''être un effet de mode, propose une autre façon de légiférer la création multiple et la diffusion des oeuvres de l''esprit : programme informatique, image, image-mouvement, son, mais aussi habitat, automobile et même boisson... Il faut y voir, dans une cohérence juridique, technique et éthique, une certaine beauté du geste dans le partage de la connaissance et des rêves communs. Un libre accès à la source du savoir-faire et du faire-savoir, une opportunité fortuite et non gratuite.

Durée :

@rrêt média 2.0 : Usages du Web

Le

Collège Doctoral Européen, Strasbourg

Université de Strasbourg - Savoir(s) en commun : rencontres université-société

Journée d’études organisée par Vivian Fritz, Olivier Crocitti et Florent Schmitt
EA 3402 - « Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistique ».
Le Web peut être support à la construction d'un espace commun virtuel à partir de différentes localités, mais il n'en reste pas moins que chacun y participe depuis un espace réel, et que les relations créées sur la toile s'ancrent dans des pratiques quotidiennes. A une ubiquité rêvée s'oppose la réalité du corps : reste à savoir si sa dématérialisation demeure une utopie de cybernéticien ou si elle est en voie de s'imposer comme un véritable paradigme du Web.
Si d'un côté le Web est le lieu du virtuel, il ne faut pas oublier que d'un autre côté l'essor actuel des sites de réseaux sociaux (My Space, Facebook, Msn etc.) en fait aujourd'hui un lieu privilégié pour l'inscription de rapports sociaux entre des personnes. Le principal enjeu artistique d'internet est pour nous celui du réseau, mais c'est un enjeu que les pratiques artistiques ne font que révéler, car il est depuis toujours présent dans les autres usages du Web, et lui est intrinsèque

http://www.arretmedia.org/

Thème(s) : Arts et Culture Numérique

Lettres, Arts, Langues et Civilisations, Sciences humaines, sociales, de l’éducation et de l’information, Transversal

Producteur : Université de Strasbourg

Réalisateur : Colloques et Conférences

Programme

Intervention en haut débit à propos d’une société de la basse définition

M. Olivier Crocitti

Doctorant en arts visuels à l'Université de Strasbourg, a créé le collectif Gariste Gatené en 2008 et propose régulièrement des expositions aux problématiques socio-politiques. Non attaché à une pratique ou une forme d'expression spécialisée, le travail du groupe Gariste Gatené tente et tend au multidisciplinaire en passant par l'exposition plastique, livresque, pédagogique, etc..

Mlle Elise Richet

Etudiante en master 2 d'études théâtrales à l'Université de Strasbourg, a créé le collectif Gariste Gatené en 2008 et propose régulièrement des expositions aux problématiques socio-politiques. Non attaché à une pratique ou une forme d'expression spécialisée, le travail du groupe Gariste Gatené tente et tend au multidisciplinaire en passant par l'exposition plastique, livresque, pédagogique, etc..

A l'image des « box » tout compris, du « on s'occupe de tout », sans engagement et en illimité (où d''ailleurs il est toujours difficile de se désengager ou de se limiter), nous verrons de quelle manière internet propose des espaces « all inclusiv » de création, des modèles pré-établis tels que les programmes quick time et real player. La toile propose certes des espaces de diffusion d''information de la création artistique, mais peut-on réellement parler de lieu de création ? C''est là une des problématiques que nous étudierons, à savoir différencier et interroger l''outil internet en le considérant soit comme un espace de communication (un média), de diffusion, de rayonnement d''une information artistique, ou soit comme un moyen (un medium) de création, un lieu d''un autre possible.

Le code source libre ou open source, une mentalité possible dans le spectre de la création

M. Julien Mathis

Apprenti jardinier, cuisinier, ethnologue, vidéaste et documentariste. Il continue sa recherche entre corps parlant filmé et filmeur. Il animera le débat et visitera, avec ses invités et les participants, les quelques champs du possible de cette alternative résistante, une issue humaine d'un avenir sans pétrole, où la propriété des choses et des idées trouvera naturellement ses limites.

Mlle Emmanuelle Lion

Fraîchement diplômée et lauréate d’un prix d’excellence de l’Université de Strasbourg, est juriste en droit des nouvelles technologies, des affaires et de la propriété intellectuelle. Passionnée par les NTIC, la musique électronique et les arts numériques, elle interviendra sur la dimension juridique de la création libre.

M. Mathieu Stumpf

Président de l'Association Culture Libre, née de la volonté de redonner au savoir et à la culture une reconnaissance pour leurs vertus sociales, face à une marchandisation de la culture et du savoir qui les transforme en produits de consommation, et leur fait perdre et oublier leurs rôles premiers de patrimoine social et de moyen d'expression des individus. L'association diffuse et archive des oeuvres sous licences libres. www.culture-libre.org

Création en commun et en cascade, alternative à la démarche propriétaire et souvent spéculative du copyright, fin des intermédiaires entre le développeur et l''utilisateur, entre celui qui donne et celui qui prend, reconnaissance de la paternité de l''oeuvre originale et originelle, refonte et atomisation de la notion plutôt récente de l''auteur suprême et exclusif… la création libre, dans son économie et son écologie, loin d''être un effet de mode, propose une autre façon de légiférer la création multiple et la diffusion des oeuvres de l''esprit : programme informatique, image, image-mouvement, son, mais aussi habitat, automobile et même boisson... Il faut y voir, dans une cohérence juridique, technique et éthique, une certaine beauté du geste dans le partage de la connaissance et des rêves communs. Un libre accès à la source du savoir-faire et du faire-savoir, une opportunité fortuite et non gratuite.

Les enjeux de l’art sur Internet

M. Frédéric Forest

Artiste multimédia et Professeur d’Université/ Docteur d’Etat de la Sorbonne, Professeur émérite de l’Université de Nice (Chaire des Sciences de l’Information et de la Communication), La cabine téléphonique) Il est cofondateur de deux importants mouvements artistiques : celui de l’art sociologique et celui de l’esthétique de la communication.

Un art qui reste encore, malheureusement et paradoxalement, un art restrictif, réduit à certaines formes culturelles héritées du passé, et, surtout essentiellement élitaire. Des manifestations, où trop souvent, dans une fuite en avant, la prime revient plus à la dernière innovation technique issue du marché des industries, qu''à l''imagination et l''invention effective de modèles relevant de la symbolique d''une société en crise de valeurs. Les enjeux de l’art sur Internet dépassent aujourd’hui les cadres traditionnels et restrictifs généralement dévolus aux fonctions de l’art. Il offre aux artistes l’opportunité de se libérer de cet enfermement dans des formes obsolètes, pour agir directement sur le monde, et tenter de le changer, au même titre que l’envisage le politique ou scientifique…